lundi 4 septembre 2017

"Naissance des cœurs de pierre" d'Antoine Dole

Chronique du blog a touch of blue... Marine


Surprise dans ma boite aux lettres : un nouveau roman ado paru chez Actes Sud Junior. Et quelle surprise ! Ce petit roman dystopique m’a étonné et j’en ressort grandie. En pleine réflexion sur notre monde. Sur les êtres que nous devenons et que nous enfantons. Notre monde est-il le berceau des cœurs de pierre ? Avons-nous encore une âme et des émotions qui servent à servir le bon et le juste ? Ou courrons-nous à notre propre perte ?

J’ai compté de nombreuses sources d’imagination populaire dans ce livre. Peut-être l’auteur a-t-il pensé à ces mêmes histoires lors de la rédaction. Peut-être est-ce moi qui ai inconsciemment fait des comparaisons avec des romans lus dans le passé. Il n’empêche que « Naissance des cœurs de pierre » m’a fait pensé à Divergente, La sublime communauté (à paraître chez Actes Sud Junior également) mais aussi à la servante écarlate de Margaret Atwood ou la série « Promise » d’Ally Condie. Bref, l’auteur n’est pas le seul à avoir attaqué le sujet. Un sujet qui fait rage pour le moment au vu des conditions dans lesquelles les humains vivent et survivent au quotidien.

La pauvreté, le désespoir, les guerres qui n’en finissent pas, l’appauvrissement des ressources naturelles… j’extrapole un peu et sort du sujet du livre mais pour moi, c’est ce que toutes ces histoires ont en commun. Une envie d’écrire et de décrire un monde qui pourrait être meilleur ou d’imaginer le futur possible vers lequel l’humanité se dirige si elle continue à vivre et à détruire comme elle le fait aujourd’hui. Un sujet qui mérite réflexion et que j’adore voir vivre en littérature de cette manière-ci. Chaque auteur à son point de vue sur la question et nous fait découvrir sa propre approche de ce « futur », ce « Nouveau Monde » dans lequel nous pourrions bien un jour vivre.

Dans son récit, Antoine Dole nous invite à suivre le destin de trois personnages. Jeb et Nihile, lié par les liens du sang. Une mère et son fils qui vivre dans ce Nouveau Monde où les émotions sont interdites… où les émotions n’existent plus pour que le monde vive en harmonie. La troisième protagoniste, Aude, est une jeune fille qui débarque dans une nouvelle école. Perdue et seule, elle se lit d’amitié (voir plus !) avec un surveillant qui a dix ans de plus qu’elle. Une relation qui s’avoue vouée à l’échec d’avance mais qu’elle ne peut s’empêcher de poursuivre. Car elle ne peut nier son cœur plus longtemps.

Deux histoires qui partent sur des bases similaires tout en étant fort différente. Pourtant, ces histoires vont se rapprocher et soudainement vous allez tout comprendre. C’est à ce moment-là que j’ai dit « wow » à l’auteur. Chapeau bas pour avoir laissé planer le mystère et pour avoir porter le lecteur jusque là. Ensuite, tout n’est que révélation et on s’en prend plein la face.

Un roman jeunesse court mais excellent qui reprend tous les aspects d’un livre dystopique à thème. Une fin moralisatrice comme je les aime. Une fin qui a du sens et qui pousse le lecteur à réfléchir sur la vie, le monde, l’avenir. Un choc quand on arrive à la dernière page. Une gifle qui vaut vraiment la peine.

Seule déception, que l’histoire ne soit pas plus longue (moi qui adore les gros pavés !). On lit se livre très rapidement et bien qu’on soit heureux de découvrir cette fin, on regrette un peu que cet univers ne soit pas plus développé par l’auteur. Car il est bourré de potentiel !